Author Topic: Constructii de case  (Read 1360 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline MontrealGuy

  • Moderator
  • Sr. Member
  • *****
  • Location: Laval
  • Posts: 3.408
Constructii de case
« on: Friday 09 June 2006, 09:14:44 »
Les chantiers de condos sont plus rares

Laurier Cloutier
09 juin 2006 - 06h51
La dernière étude de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), publiée jeudi, montre que la tendance à la baisse de la construction résidentielle se confirme.



Et depuis le début de l'année, les constructeurs ont diminué de 11 % les ouvertures de chantiers d'habitations dans la région,comparativement à l'an dernier, explique à La Presse Affaires David L'Heureux, analyste de la SCHL.

Le mois dernier, les fondations coulées pour des condos ont chuté de 25 % par rapport à l'an dernier et celles de logements locatifs ont baissé de 11 %, ajoute M. L'Heureux.

Cela est surtout attribuable à la baisse d'activités sur l'île de Montréal, car les constructeurs ont concentré leurs efforts au Nord et au sud, où la demande reste plus forte.

La tendance à la baisse sur l'île de Montréal n'a par contre pas touché le segment des maisons (unifamiliales, en rangée et jumelées), où le nombre de nouvelles fondations a augmenté de 22 % par rapport à mai 2005.

Dynamisme à Laval

Le marché de Laval a débordé de dynamisme en mai, selon la SCHL. C'est Laval qui a connu la plus forte hausse du nombre des mises en chantier, soit 78 %.


À Longueuil, le nombre de fondations coulées a par contre régressé de 44 %, comparativement à mai 2005, en raison de la chute de 74 % des chantiers de condos.

Au contraire, le reste de la Rive-Sud a enregistré une hausse de 35 % des mises en chantier de condos.

Dans l'ensemble du Québec, le volume de mises en chantier est resté stable par rapport à mai 2005, déclare par ailleurs l'économiste principal de la SCHL, Kevin Hughes.

Cela n'a pas empêché les nouvelles fondations de logements collectifs d'augmenter de 16 %, grâce aux résidences pour personnes âgées.

Les chantiers de maisons individuelles ont par contre reculé de 14 % comparativement à mai 2005. Cette diminution s'est d'ailleurs manifestée dans toutes les régions métropolitaines du Québec.

Dans l'ensemble du Canada, le rythme annuel désaisonnalisé des mises en chantier a diminué légèrement entre avril et mai dernier, passant de 217 900 à 216 800.

« Les mises en chantier d'habitations devraient continuer de suivre une légère tendance à la baisse pendant le reste de l'année et l'an prochain, au fur et à mesure que la montée des frais de remboursement hypothécaire modérera la demande de logements », déclare l'économiste en chef de la SCHL, Bob Dugan.

Le nombre de mises en chantier d'habitations a diminué de 9 % dans la région métropolitaine de Montréal le mois dernier, comparativement à mai 2005.

Le volume des mises en chantier d'habitations demeure élevé et s'oriente probablement vers un atterrissage en douceur, souligne l'économiste du courtier BMO Nesbitt Burns, Doug Porter.

« La diminution des mises en chantier en mai dernier n'est pas préoccupante », estime l'économiste de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, Jean-François Villeneuve.

« Au Québec et en Ontario, le nombre de mises en chantier dans les centres urbains a d'ailleurs augmenté respectivement de 3,3 % et de 6,4 %. Le ralentissement du marché immobilier canadien et québécois ne devrait pas être trop prononcé en 2006 », selon lui.

« Le marché du travail porteur et des augmentations salariales décentes devraient empêcher l'activité du logement de se dégrader brutalement dans les mois à venir », déclare de son côté l'économiste en chef délégué de RBC Groupe financier, John Anania.

Statistique Canada a par contre révélé hier que l'indice des prix des nouvelles habitations a monté de 1,2 % en avril dernier par rapport au mois précé- dent.

« Le coût d'achat d'une nouvelle maison a monté de 8,2 %, sur une base annuelle, en avril dernier, soit le plus gros bond depuis 1989 », conclut l'économiste de TD Groupe financier, Sébastien Lavoie.