Author Topic: l'economie du québec 2004  (Read 1555 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline andreis

  • Sr. Member
  • ****
  • Location: quebec ville
  • Posts: 3.056
l'economie du québec 2004
« on: Thursday 28 April 2005, 09:32:12 »
www.lapresseaffaires.com

L'économie du Québec fait de piètres gains

Rudy LeCours
28 avril 2005 - 07h47

En 2004, l'économie du Québec a progressé de 2,2 %, soit bien en deçà des 2,8 % de l'expansion canadienne. C'est la deuxième année d'affilée que le Québec fait moins bien que l'ensemble du pays et la troisième en quatre au cours de la présente décennie. Mince consolation, la croissance en 2004 aura été meilleure dans la province que celle de 1,9 %, enregistrée en 2003.

La Revue des comptes économiques des provinces et des territoires publiée hier par Statistique Canada fait ressortir la déclinaison du pays. Plus on vivait à l'ouest et meilleures étaient les conditions économiques l'an dernier: des taux de croissance de 3,9 % et 3,7 % pour la Colombie-Britannique et l'Alberta mais de 1,3 et de- 0,7 % pour la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador. L'Ontario a roulé à 2,6 %. « En 2005, on devrait assister au même découpage régional, a prédit Derek Burleton, économiste principal chez Groupe financier Banque TD. La robustesse continue du marché des commodités, jumelée aux ajustements non terminés à la force de notre monnaie, garderont l'Ouest et les Territoires au timon du navire canadien. »

Tant la TD que BMO Nesbitt Burns prévoient que la production économique québécoise filera au rythme de 2,6 % cette année par rapport à 2,8 % pour l'ensemble du pays.

Dans l'ensemble, 2004 aura été bien meilleure que 2003 tant pour le Canada que pour le Québec, grâce surtout à une forte poussée des bénéfices des sociétés (18 %), souligne l'agence fédérale. Au Québec, l'économie a pu compter sur le bond de 15 % de l'investissement des ménages dans le logement. Il s'agissait de la quatrième poussée d'affilée supérieure à 10 %, qui a encore stimulé la consommation de meubles, d'électroménagers et de matériaux de construction.

Exprimée en dollars constants de 1997 pour mesurer la croissance réelle (sans inflation), la taille de la production industrielle québécoise a atteint 221,7 milliards l'an dernier, soit 21 % environ de la production canadienne de biens et de services.

La fabrication pesait 466,2 millions l'an dernier. Il s'agit d'un gain modeste de 0,4 % sur 2003.

En fait, ce sont surtout l'aéronautique et les produits pharmaceutiques qui ont freiné l'avancée des manufacturiers. « Sans eux, elle aurait atteint 1,5 % », calcule Bruce S. Cooke, chef des mesures provinciales d'industrie à l'agence fédérale. L'aérospatiale a retranché 304 millions à la production manufacturière québécoise et les pharmaceutiques, 117 millions.

Si les difficultés de Bombardier sont bien documentées, celles des fabricants de pilules, de sirop et autres suppositoires le sont moins. À Ottawa, on émet l'hypothèse que le retrait du marché de médicaments de grande diffusion, tel le Vioxx de Merck, ont pu diminuer les profits de cette industrie.

L'expansion d'un secteur est calculée en additionnant la croissance des salaires, des investissements et des bénéfices chez les fabricants.

Le secteur pharmaceutique valait 2,3 milliards l'an dernier et représentait 80 % de la taille de l'aérospatiale, quatrième en importance au Québec, derrière la transformation de métaux (en hausse de 1,6 % sur 2003), la fabrication de produits en bois (0,4 %) et celle de pâtes, papier et carton (-2,0 %). La faible croissance de la production manufacturière est souvent attribuée à la trop grande vigueur du dollar canadien qui s'est encore apprécié de 7 % en 2004. Il y a sûrement autre chose: le Québec a subi un recul de 0,4 % de sa productivité alors qu'elle demeurait inchangée à l'échelle canadienne.

Par bonheur, les entreprises semblent vouloir enfin prendre le taureau par les cornes, comme en fait foi le bond de 11 % de leurs investissements en machines. « Mais les investissements sont aussi à la hausse chez nos concurrents de l'Ontario et du Nord-Est des États-Unis », dit Hélène Bégin, économiste au Mouvement Desjardins.
Ya que les pauvres qui parlent de sous